Direction le Safari Park de Bali.  Ce n'est pas le genre d'endroits que j'aime.  J'ai plutôt envie de fuir!  On nous explique, à tout bout de champ, après les shows d'animaux, pendant le safari, que l'habitat des animaux a été détruit par l'homme pour pouvoir faire de l'agriculture et construire des villages, que par conséquent la population d'orang-outans et d'animaux diminue et qu'il faut essayer de vivre en harmonie avec la nature.  Non, sans blague?  Puis après la balade en éléphant, nous montons dans un bus où là, une jeune femme nous parle dans un micro de la faune et nous montre au fur et à mesure les bêtes qui sont, comme par hasard, allongés juste au bord de la route. Elles ont l'air d'avoir été posées là deux minutes avant que l'on ne passe!  J'ai beau me consoler en me disant que les enfants auront au moins vu des animaux rares  que l'on n'a pas l'habitude de voir chez nous, j'ai envie de fuir ce parc à la Disney!  Après le safari, nous avons droit à un tour de manège.  Quel est le rapport avec les animaux?  Aucun à l'évidence.  Nous choisissons les auto-tamponneuses, et nous faisons bien car nous rions aux éclats et passons un bon moment!  Nous sommes les seuls sur la piste (l'endroit est désert) et c'est tant mieux!  IMG_0422Les enfants diront plus tard que ce qu'ils ont préféré de tout le voyage ce sont les auto-tamponneuses!!  Après cinq heures passées dans ce parc (je suis sur le point de craquer), nous nous rendons dans la maison d'un artiste, sculpteur, danseur et musicien.  Il fabrique lui-même ses marionnettes destinées au Wayang kulit.  Il est ce que l'on appelle le dalang:  il joue tous les personnages du théâtre de marionnettes.  Nous avons droit à un petit spectacle.  Derrière un drap  blanc éclairé par une lampe, les ombres s'agitent.  C'est l'occasion pour Elisa et Thomas de s'exercer au gamelan et de faire résonner les métallophones avec deux maillets.  Le soir, après un dîner rapide au café Lotus, qui est face au bassin aux lotus du temple royal, nous allons assister à un spectacle de Barong et Legong.  Cela commence par les notes aïgues du gamelan.  Les sons métalliques des percussions retentissent dans la cour du palais parfois de façon hystérique. Arrivent ensuite le Barong, une bête pleine de poils, censé représenté le Bien suivi de Rangda, la reine de sorcières.  IMG_0451Puis c'est au tour d'une jeune femme vêtue de brocart rose couronnée d'une tiare dorée et de fleurs de frangipanier. C'est la condong, la dame de compagnie à la cour.  Elle est suivie par deux legong jumelles qui exécutent une danse en parfaite synchronisation.  La condong part puis revient agitant deux éventails.  Le Barong revient un peu plus tard suivi de deux hommes déguisés en singe.  Je rallume le caméscope, pressentant quelque chose de drôle.  Tout à coup, l'un d'eux se lance sur Thomas, assis au premier rang, l'attrape et l'emporte jusqu'au milieu de la scène.  Elisa rit aux éclats tandis que le singe fait mine de frapper Thomas par derrière.  Thomas, le sourire aux lèvres, relève la tête et regarde le singe d'un air dubitatif.  Au bout de quelques minutes, Thomas retourne à sa place sous les applaudissements du public.