La route est longue jusqu'à Jaisalmer mais nous avons de quoi nous occuper et puis regarder le paysage est un passe-temps assez prenant. Ranjeet met le cd dans le lecteur et écoute sa prière pendant 20 minutes puis c'est au tour des enfants d'écouter de la musique. Thomas branche son Ipod et les Beatles nous accompagnent; Bob Marley prend le relais suivi par Ray Charles. Sous nos yeux défilent des étendues arides où des troupeaux de chèvres noires paissent. Les hommes se font rares ici à part quelques bergers enturbannés. Peut-être s'abritent-ils de la chaleur dans les petites huttes en torchis coiffées d'un toit de paille ou dans les habitations plus solidement construites en briques? Les arbres rabougris n'offrent guère d'ombre.  La vie doit être dure dans cet endroit âpre, brûlé par le soleil.

Un peu avant d'arriver à Jaisalmer, la pluie commence à tomber. Le coucher du soleil, ce sera pour une autre fois! Nous logeons dans le fort à l'hôtel Victoria. Nous y allons en tuk-tuk sous un ciel couvert. Sushil nous accueille chaleureusement.  Il est d'une gentillesse extrême et nous dit que nous sommes ici chez nous.  Il nous propose deux chambres pour le prix d'une.  De la chambre n 2, la suite lune de miel, la vue sur les murailles du fort est très belle.  Il y a une petite alcôve où l'on peut s'asseoir et admirer le panorama.  Nous rentrons vite les coussins car un orage vient d'éclater.  Le vent se lève et soulève la poussière.  Vingt minutes plus tard, la pluie s'arrête et nous partons à la découverte du fort.  Nous déambulons dans les ruelles étroites bordées de havelis.  Parfois à leurs balcons apparaissent des enfants. Des femmes devisent assises sur le pas de leur porte, des garçons jouent au cricket, une petite fille maquillée s'amuse devant sa maison sous le regard des parents. On nous dit que c'est son anniversaire. Ici le contact est facile, les gens entament les conversations, posent des questions, le sourire aux lèvres. Sur la façade des maisons, le dieu Ganesh est peint avec la date de mariage des habitants.  Il y a aussi sur le seuil des maisons l'empreinte de petits pieds.  Ces pieds rouges sont sur chaque marche et mènent jusqu'à l'endroit où est gardé l'argent de la famille. Durant la fête de Diwali, on les peint pour attirer la déesse Laxmi et lui montrer le chemin afin qu'elle apporte de l'argent.  Parfois on voit des svastikas peintes sur les murs.  En Orient, elle est un signe de bon augure: elle promet avant tout de bonnes affaires, une bonne fortune, bref de la chance.  C'est le symbole du bien-être pour les Hindous.

 

 

IMG_1714

 

IMG_2823

 

IMG_2819

 

IMG_2810

 

IMG_1700

 Une odeur âcre d'urine flotte dans l'air.  Il faut faire attention où l'on met les pieds.  Les dames bossues ont laissé derrière elle de grosses bouses. Nous arrivons jusqu'au restaurant Surya qui est une merveilleuse découverte.  Il sera notre cantine pendant tout notre séjour à Jaisalmer. Le patron est adorable et l'endroit si joliment décoré et gai que nous ne pouvons nous empêcher d'y retourner. En plus, la nourriture est excellente et peu chère. La vue du balcon est là aussi superbe. Une petite brise vient rafraîchir la pièce. Nous y rencontrons un jeune homme canadien très affable que nous reverrons le lendemain.

Victoria hotel: excellent accueil, chambre honeymoon suite n 2 à privilégier car belle vue, jolie décoration et climatisation discrète, très bonnes crêpes au petit-déjeuner 5/5