Alors que nous prenons le petit-déjeuner, le maharaja vient nous saluer.  Sa famille qui est attablée à côté de nous, se lève et va s'incliner en salut, les mains frôlant ses pieds.  Le personnel fait de même.  C'est une image d'une autre époque qui nous surprend.

Aujourd'hui nous poursuivons notre route vers la dernière étape de notre voyage: Udaipur.  Nous traversons des paysages montagneux arides.  Nous croisons des troupeaux de chèvres conduits par des jeunes filles qui au lieu d'aller à l'école s'occupent des bêtes.  Au bord de la route, des hommes enturbannés discutent à l'ombre de grands arbres.  Des femmes vont chercher de l'eau, une cruche posée sur la tête. Ici, l'eau est plus présente.  Dans les champs quadrillés par des murs de pierre, des zébus broutent près d'un berger qui tient à la main un long bâton.

Nous nous arrêtons à la forteresse de Kumbhalgarh dont les murs crénelés coiffent les crêtes de la chaîne des Aravalli et se déroulent à l'infini.  Il y aurait 36 kilomètres de fortifications.  Le site est magnifique et impressionnant et au sommet la vue est vertigineuse.  La forteresse doit son nom au rana de Chitor, Kumbha, qui éleva ses murailles colosssales au XVe siècle, fondant ainsi le plus important avant-poste défensif sur la frontière nord du royaume de Mewar, ou d'Udaipur.  Elle abritait autrefois plusieurs centaines de temples jains et hindous mais aujourd'hui il n'en reste qu'une poignée.  Il n'y a plus aucun palais de l'époque du Rana Kumbha; le Badal Mahal, petit palais couronnant le sommet de la place forte ne remonte qu'au début du XXe siècle.

 

IMG_3041

 

IMG_2240

 

IMG_3073

 

IMG_3042

 

IMG_3057

Nous reprenons la route après cette visite qui m'a enchantée et deux heures plus tard nous arrivons à Udaipur.  La chambre que nous avons réservée s'appelle Palace room mais ne ressemble en rien à une chambre de palais: exiguë, sans fenêtre et sans charme.  Je fais part de ma déception, on nous propose alors pour 10 000 roupies de plus pour les deux nuits de prendre une suite royale.  C'est un grand appartement avec vue sur le lac et le Lake palace.  Devant notre hésitation, on nous propose 8000 roupies puis 6000 roupies.  Finalement, on nous surclasse dans la suite royale sans supplément.  Nous sommes évidemment contents.

IMG_3084

IMG_3082

IMG_3080

 

IMG_3076

A 19h, nous allons à la Bagore ki Haveli, une demeure princière du XVIIIe siècle, assister à un spectacle de danses traditionnelles qui se déroule à l'intérieur à cause de la pluie.  Des femmes aux costumes colorés et scintillants exécutent des danses: le cari, un récipient en feu en équilibre sur la tête, le ghumar où elles pirouettent en cercle, le terahtali, avec de petites cymbales, le bhavai, avec des pots sur la tête. Un homme actionne une marionnette par des fils et rythme la manipulation de cris stridents avec un sifflet de bambou.  Un barde Bhopa coiffé d'un turban rouge, jaune et vert, joue la chanson du héros mythologique Pabuji: il chante et joue du ravanhatha, unique instrument d'accompagnement et lointain cousin du violon.  Cet homme fier fait partie de la tribu des Bhopa et perpétue la tradition des chants épiques et mythologiques.  Nous passons un très bon moment.  Nous dînons ensuite au restaurant Ambrai dans la Amet haveli située sur un cap, en face du City palace.  La vue est superbe.

IMG_2248

IMG_2247

IMG_2244

IMG_2243

 

IMG_2256

 

IMG_2253

 

IMG_2271

 

IMG_2269

IMG_2262

Shiv Niwas (Udaipur): les palace rooms ne valent pas le coup; par contre pour le même prix la suite royale est d'un bon rapport qualité / prix: très spacieuse, confortable, calme, vue imprenable, superbe situation. Très bon petit-déjeuner. Belle piscine en marbre. 5/5